top of page
  • Photo du rédacteurMarjorie Béchard

Fébrilité à l'aube d'un voyage au long cours...

Ça y est, plus qu'une petite semaine avant mon départ pour trois mois en Asie! J'ai acheté mon billet d'avion début juin pour cette belle aventure. Mais pourquoi partir trois mois et non pas un seul, six mois, voire un an? Simple intuition, mais je crois qu'après avoir fait le choix de laisser ma carrière de notaire et d'avoir tout récemment terminé mon cours en tourisme, c'est le moment où jamais de profiter d'un long voyage avant de démarrer de façon plus officielle une nouvelle carrière.


Vous pouvez consulter la carte de mon itinéraire à cette adresse: https://marjorie-bechard.travelmap.net. Il pourrait y avoir de petites modifications... mais en résumé, je pars de Montréal pour me rendre à Doha (sur les ailes de Qatar Airways) où j'aurai une longue escale d'environ 10 heures. Je profiterai d'un tour de ville en autobus (j'ai réservé auprès de la compagnie aérienne - ce tour d'une durée de 2 heures 30 est offert pour moins de 15$CAD... tant qu'à être sur place, aussi bien en profiter pour voir la ville et tant pis pour le décalage horaire!). Ensuite, nouveau long vol vers Bali, où je passerai un mois. Quelques jours sont prévus à Singapour, puis je me dirigerai vers le Cambodge (Siem Reap et Phnom Phenh). Viendront ensuite le Vietnam (Ho Chi Minh City (Saigon), Hoi An, Hué, Hanoi, Sapa et baie d'Halong), puis le Laos (Vientiane, Vang Vieng et Luang Prabang). Je terminerai mon périple en Thaïlande avec Chiang Mai, Sukhothaï, Bangkok, pour finir par un séjour plage, plongée et bateau à Phuket.


Au menu? À Bali, temples, visites culturelles et gastronomiques, plages, randonnées, cours de plongée sous-marine, yoga, surf (oui, j'aimerais essayer ça!). À Singapour, principalement les jardins et les marchés. Au Vietnam, absolument tout ce qui me sera possible de voir et faire dans le laps de temps que j'aurai (avec un penchant gastronomique important!). Au Laos, plutôt nature, randonnée et kayak avec un penchant culturel. Finalement, en Thaïlande, comme au Vietnam, un peu de tout, en me concentrant sur certaines zones qui m'intéressent particulièrement (et j'aimerais bien prendre un cours de cuisine pour apprendre à faire un pad thaï de façon adéquate!).


La première question qu'on me pose est à savoir si je voyage en mode "backpacker". Honnêtement, je ne sais plus trop ce que signifie réellement ce terme aujourd'hui? Il y a ceux qui partent sans autre plan précis que leur billet d'avion de départ et un sac à dos... et il y a ceux qui, comme moi, ont un itinéraire plus ou moins défini avec un sac à dos pour transporter le matériel essentiel! Mais la réponse est non, je ne me considère pas comme une "backpacker". Non seulement je me fais un itinéraire, mais je réserve à l'avance mes hébergements et les vols les plus importants. Je lis sur toutes les destinations et j'ai une idée des activités que je souhaite faire (je réserve la plupart des activités sur place cependant). Il reste de la place pour l'improvisation car plusieurs des hébergements m'offrent une certaine flexibilité, me permettant de changer d'idée en cours de route pour allonger un séjour dans une ville (au prix toutefois de raccourcir un séjour dans un autre endroit!). De façon générale, je préfère rester quelques jours au même endroit et rayonner aux alentours afin d'éviter d'être sans cesse dans les transports. J'adore voyager et découvrir, mais il ne faut pas oublier non plus que je me passionne pour l'organisation de voyages. Donc pour moi, partir en mode complètement improvisé serait bouder une bonne partie de mon plaisir.


Non, ceci n'est pas une publicité pour Osprey, mais j'aime bien leurs sac à dos!
Non, ceci n'est pas une publicité pour Osprey, mais j'aime bien leurs sac à dos!

J'ai eu droit à plusieurs commentaires sur mon voyage (la plupart positifs, mais parfois plutôt étranges!)... Les vrais "backpackers" me disent parfois qu'il faut passer au minimum un mois par pays et ce, d'un ton parfois un peu méprisant!... D'accord. Ensuite, pourquoi un mois à Bali, c'est touristique (parce que j'en rêve et que je veux en profiter!)? Je l'ai déjà dit dans le passé et je le répète... l'important est de voyager selon ses envies. Si certains aiment les tout-inclus, je respecte cela (et pour se reposer sans rien avoir à penser, c'est tout à fait génial!). Si certains veulent faire le Kilimandjaro, très bien, je suis impressionnée (et peut-être qu'un jour je me lancerai dans un voyage impliquant un défi sportif)! Si d'autres prévoient un road trip aux États-Unis ou un voyage culturel et gastronomique en Europe, c'est génial, j'adore cela! La seule chose que j'ai en véritable aversion sont les touristes qui ne respectent pas les populations locales ni les autres voyageurs (lire : les gens qui font du tourisme que j'appelle "de party", simplement pour boire ou autrement consommer sans penser au lendemain ni à l'environnement qui les entoure - c'était ma petite montée de lait du jour).

J'ai passé un nombre incalculable d'heures à préparer ce voyage. Cela passe par l'obtention des visas et du permis de conduire international, les lectures (de livres, blogues et sites web sur les pays visités), les réservations des hébergements (il y en a beaucoup et je suis très minutieuse sur cette aspect!) et des transports, les vaccins, les achats divers (articles de pharmacie, vêtements manquants, médicaments, etc.). C'est bien là que l'on comprend l'utilité d'un conseiller en voyages dans la préparation de ses vacances! Et comme vous pouvez le constater sur la photo, la bibliothèque s'avère très utile pour éviter les coûts qui peuvent se multiplier rapidement pour l'achat de documentation sur les pays visités... je fréquente personnellement la Bibliothèque nationale du Québec qui a une imposante section de livres de voyages (recherchez plus précisément la section géographie!).


Je dirais que mon niveau budgétaire pour ce voyage est "intermédiaire". Non, je ne ferai pas les auberges de jeunesse à 8$ par jour... je dois être honnête et dire que je tiens à un minimum de confort (et à mon sommeil!). Je séjournerai plutôt dans des auberges et des petits hôtels (pas ou très peu de grandes chaînes hôtelières, car j'aime bien encourager les établissements locaux, plus typiques et souvent plus sympathiques). En moyenne, je dirais que pour une moyenne de 50$ par jour, je m'en sors plus que bien. À certains endroits, je suis plutôt à 30$ par jour et à certains autres (rares, mais pensons à Singapour ou à un endroit ou deux où je souhaite me gâter!) à 100$ par jour. En général, cela comprend le petit-déjeuner (et parfois même d'autres inclusions comme le thé en après-midi, une activité ou encore un transfert depuis l'aéroport!). Les trajets en autobus sur place sont fort peu dispendieux et il en est de même de la nourriture, à moins d'aller dans des restaurants plus haut de gamme. Les activités sont également abordables, surtout si je compare les tarifs avec ceux de mon dernier voyage en Europe (par exemple, on peut trouver des "food tours" intéressants au Vietnam pour 20$ alors qu'un équivalent sera au moins 100$ en Italie...). Donc, en restant en Asie du Sud-Est pour un long laps de temps, on rentabilise rapidement le coût du billet d'avion. J'avais l'argent nécessaire de côté pour faire un tel voyage donc... pourquoi pas, puisque c'est un peut-être le voyage d'une vie et que je n'ai pas eu l'occasion de faire un tel périple plus jeune.


Alors voilà... mercredi soir prochain je serai à l'un des lounges de l'aéroport (merci à mon émetteur de carte de crédit!) à siroter des bulles en attendant mon vol. J'ai tellement hâte! Et tout au long de mon voyage, je partagerai avec vous mes photos, mes impressions et mes coups de coeur sur ma page Facebook ou encore sur ce blogue. N'hésitez pas à m'écrire si vous avez des questions, commentaires ou suggestions! Et si vous êtes momentanément au même endroit que moi pendant mon séjour, pourquoi ne pas se rencontrer afin de boire un thé, une bière ou faire une activité sur place?



86 vues0 commentaire

Comments


bottom of page