top of page
  • Marjorie Béchard

Pemuteran et... bilan balinais


Je viens de passer près de 5 jours à Pemuteran, complètement au nord-est de Bali. D'emblée je dois avouer... j'ai été charmée, mais je n'y ai pas fait grand chose. Une petite amygdalite a débuté le lendemain de mon arrivée et une certaine fatigue s'est installée avec ça... je suis allée voir le pharmacien du village (je lui ai expliqué tant bien que mal ce que j'avais en anglais et en faisant des signes, il m'a donné des comprimés non identifiés - littéralement - et aujourd'hui, je suis tout à fait guérie). Donc, j'aurais pu visiter les temples environnants, un parc national à 20 kilomètres plus loin ou faire des journées de plongée sous-marine. Mais en lieu et place, je me suis reposée, j'ai écrit, j'ai lu (beaucoup), j'ai profité de la plage et de la piscine, j'ai marché pour exploré un peu les environs, j'ai bien mangé (car j'avais faim quand même, donc je n'étais pas si malade que cela j'imagine!), j'ai pensé à un nouveau projet que je souhaite accomplir (surprise!) et j'ai fait une journée plongée en apnée.


Une seule chose à déplorer ici, le trafic sur la rue principale. Cela roule très vite et il y a beaucoup de véhicules lourds (ils transportent du sable et du gravier recueilli ici servant à fabriquer les matériau de construction pour les immeubles partout à Bali). Et cela klaxonne sans cesse, les gens se dépassent à une vitesse parfois vertigineuse. Un peu stressant pour une piétonne - je comparerais cela... peut-être à la 132 dans le Bas-St-Laurent? Mais avec des piétons et des petits commerces tout le long, pas de trottoir, sans pancarte de baisse de vitesse. Heureusement, à la plage, on n'entend rien... et à mon hébergement non plus. L'entièreté du village se retrouve entre mer et montagne. Comme à Amed, la végétation est plutôt aride, avec toutefois des fleurs et palmiers autour des maisons et des hébergements pour les voyageurs. Pour manger au restaurant, je recommande donc de choisir des endroits plus éloignés du bord de l'artère principale, même chose pour les hébergements, naturellement.


J'aime beaucoup la plage ici. Il n'y a pas vraiment de petits restaurants abordables ou de kiosques pour acheter de la bière. Des centres de plongée, quelques petits hôtels (dont certains ont des restaurants en bord de plage), des chaises longues... de petits bateaux de pêche traditionnels à profusion, encore une fois. Le sable passe de fin et noir très foncé, à tout pâle et fin, à rempli de déchets ou de coquillages en morceaux, à plus granuleux. Bref... on se chausse pour ne pas se blesser ou se brûler les pieds. En prenant une grande marche, j'ai pu me retrouver à plusieurs reprises complètement seule. On amène sa serviette pour s'étendre et ce qu'on souhaite boire. Et le plus merveilleux est que la plage est bordée d'arbres, donc il y a de l'ombre à profusion à plusieurs endroits (j'aime la chaleur, mais pas nécessairement passer l'après-midi à devenir un homard au soleil, de toute façon je suis déjà plus bronzée que je ne l'ai jamais été dans ma vie). Aussi, de la plage, à certains endroits, on peut faire de la plongée en apnée. Il y a un tout petit centre de conservation pour les tortues, à voir si on voyage avec les enfants (on fait le tour bien vite, il y a des bassins remplis de bébés tortues). On accède en échange d'une donation de plus ou moins 2$CAD... pour un peu plus, on peut parrainer un bébé tortue et le mettre à la mer, en espérant qu'il ne se fera pas dévorer par les prédateurs.



Plongée ou snorkeling


De Pemuteran, tous les centres de plongée offrent de se rendre sur les sites de plongée autour de Menjangan Island. Dans la plupart des cas, on vient nous chercher à l'hôtel, on part en bateau vers l'île (au moins 30 minutes en mer), on fait une première entrée à l'eau pour observer les poissons et coraux (l'eau est claire, on voit très bien et il y a peu de courant), on mange un lunch sur l'île qui paraît déserte au milieu des mangroves, puis on reprend le bateau pour une deuxième plongée. On m'avait vanté cet endroit comme l'un des meilleurs sites de plongée de Bali, autant pour la plongée en apnée que sous-marine. Malheureusement, peut-être que je n'étais pas aux bons endroits, mais j'ai été un peu déçue. Les coraux n'étaient pour la plupart pas vivants. Il y avait de jolis poissons tropicaux, mais pas tant que cela. Suis-je rendue difficile car j'ai goûté la "vraie" plongée et que j'ai vu des choses extraordinaires sous l'eau ailleurs à Bali? Peut-être. Comme point de comparaison, j'ai trouvé que mon activité snorkeling dans la réserve de Sian Ka'an au Mexique (près de Tulum) était de loin supérieure. Je dois dire également que j'étais déçue de ne pas pouvoir faire de la plongée sous-marine (avec un rhume/amygdalite, ce n'est pas recommandé, j'ai bien appris la théorie dans ma certification).



Hébergement


À Pemuteran, plusieurs hébergements sont charmants et très abordables. Dans les 30$CAD, j'étais encore une fois très bien logée, au Kubuku Dive Resort & Yoga. Gare au nom trompeur... ce n'est pas un vrai centre de plongée et il n'y a pas d'horaire de yoga journalier (on peut seulement réserver des cours privés, assez chers). C'est suffisamment loin de la grande route pour que ce soit extrêmement tranquille. Dans le jardin, on a la vue sur les montagnes, il n'y a pas beaucoup de chambres. La piscine est très bien. La chambre elle-même est très propre et spacieuse, surtout pour le prix, c'est confortable, mais rien de chic bien sûr à ce prix. Extrêmement apprécié, on peut remplir sa propre bouteille d'eau à volonté (quand je pense à la quantité de déchets de plastique que je vois, je ne comprends pas qu'il n'y ait pas plus d'endroits que cela où l'on puisse le faire). Le personnel ici est vraiment sympathique... et quand je suis arrivée, ma chambre était remplie de fleurs et un panier de fruits m'attendait, à ma grande surprise. Comme toujours à Bali... le personnel est on ne peut plus aimable.


Pour manger


C'est ici à Pemuteran que je crois avoir le mieux mangé de façon constante. Je me suis payé le meilleur restaurant de l'endroit, qui s'appelle Frangipani. C'était délicieux. On peut manger au deuxième étage, avec la tête dans les arbres, ce qui est très bien. La spécialité est un plat de côtes levées version indonésienne (épicées donc) accompagnées d'un plateau où se trouve riz, légumes, ragoût de porc, salade de papaye. Le tout pour moins de 15$CAD (c'est possiblement le plat le plus dispendieux que je me suis payé à Bali, mais certainement l'un des meilleurs, très copieux aussi). Même les arachides rôties servies à l'apéro sont excellentes. Le tout avec un cocktail à base d'arak et un service exceptionnel, c'était parfait.


J'ai trouvé un bon café ici (mon petit-déjeuner n'était pas inclus à l'hôtel, ce qui m'a permis d'explorer un peu), le Selini Cafe & Bakery. Un bon flat white servi avec le sourire et sur la terrasse, on voit la mer au loin.


Dans les options abordables, le Warung Santai est charmant, avec un beau jardin, de la nourriture plus qu'honnête et un service très amical. J'y suis allée 2 fois le midi - j'avais vu la recommandation sur le site web de l'émission Les Flots (avec Pierre-Yves Lord, qui voyage à travers le monde dans le but de faire de la plongée sous-marine, j'adore). Au Warung Ganesh, j'ai mangé du très bon poisson frais et dans quelques autres petits établissements aussi. Finalement, je souligne le Poleng Beachfront Restaurant, le plus bel endroit avec la meilleure vue, selon moi, en bord de mer. L'alcool y est un peu cher (j'ai pris plutôt un mocktail), mais pour la nourriture, j'ai été surprise... on m'a servi une assiette d'échine de porc aux saveurs indonésiennes et c'était franchement savoureux. Et en général... les accompagnements avec les plats sont toujours les mêmes. Des légumes et du riz blanc, mais les légumes sont en général bien assaisonnés donc au final, c'est très bon.


Explorer Pemuteran


Je n'ai peut-être pas profité autant que je l'aurais espéré de l'endroit, mais je dois dire que j'ai fort apprécié marcher dans les petites rues du village. Ici, aucun touriste. En parlant à une employée de mon hébergement, elle a trouvé bien étrange que je me sois promenée là! Pourtant, c'est très tranquille, toujours les montagnes en arrière-plan. Un scooter passe de temps en autre. Les balinais me saluent tous, me demandent où je vais, comment ça va, d'où je viens... Ce n'est vraiment pas si pauvre que cela, je remarque que plusieurs maisons semblent très honnêtes, voire même aisées, d'autres beaucoup moins. C'est par endroits vraiment très sec, on voit bien que nous sommes à la fin de la saison sèche. On observe paître des vaches, j'ai vu de petits cochonnets traverser la rue en courant en me voyant, il y a des poulets un peu partout (mais moins qu'à Amed!). Toutes les maisons ont leur petit temple... qui passe de très beau et assez complexe dans sa construction, rempli d'offrandes, à très simple, fabriqué en vieilles planches de bois. Je vois certains hébergements pour touristes abandonnés... un à vendre... d'autres semblent déserts. Est-ce la basse saison qui commence ou n'est-ce tout simplement pas un endroit prisé par les voyageurs? Une chose que je puisse dire, c'est que contrairement à ailleurs à Bali, je n'ai vu ici absolument aucun touriste chinois. Cela doit être trop loin des zones plus centrales près de l'aéroport. En me promenant aussi, parfois des chiens se mettent à japer et sortent de chez eux pour me montrer leur mécontentement. Ça, j'aime moins. Mais aussi, en suivant le son d'une musique joyeuse, j'ai pu voir ce qui m'a semblé être un mariage balinais traditionnel. Et comme une mosquée se trouve à 2 pas, mes activités sont souvent teintées en trame sonore par les chants en provenant et les appels à la prière. Ceux-ci sont très doux, très différents de ce que j'ai entendu à Doha au Moyen-Orient, en escale avant d'arriver à Bali. Les femmes musulmanes ici (les musulmans sont en minorité à Bali) portent le voile, le plus souvent coloré, avec le visage découvert. Elles sont très souriantes. Au moment de débuter la rédaction de ce billet, j'étais assise dehors en soirée à prendre une bière locale et j'entendais toujours la musique du mariage ayant débuté en matinée.



Petite frayeur...


Pendant mon séjour à Pémuteran, il y a eu un tremblement de terre (mineur s'entend). Ici, c'est tout à fait normal. Mais avec les événements des derniers mois/semaines, j'ai vraiment sauté hors du lit d'un coup sec et je peux dire que le coeur m'a débattu quelque peu. Cela n'a duré que quelques secondes... même pas eu le temps de sortir dehors. Ici, les constructions sont solides, en brique, ciment ou un composé de sable volcanique. Peu de chances d'affaissements donc comme dans les zones plus défavorisées où les tremblements de terre ont récemment eu lieu en Indonésie. Mais après avoir eu cette petite peur, je n'ai plus dormi de la nuit ou presque. Une autre touriste a souligné l'événement à un employé le lendemain matin et pour lui, cela semblait être de la pure routine.


Région de Munduk


En route vers Pemuteran (et par la suite pour le retour au sud de l'île de Bali), mon chauffeur a fait un crochet par la région de Munduk, afin que je puisse admirer la route qui serpente à travers les montagnes et les rizières en terrasse. Quel paysage époustouflant. Des cartes postales de Bali, littéralement. Nous faisons un arrêt (prévoir au moins 2 heures, plus si possible) pour voir des chutes d'eau, notamment celles de GitGit. Un guide m'amène en scooter vers le départ du sentier... qui est en fait surtout des escaliers, irréguliers (comme toujours à Bali on dirait), qui descendent vers les chutes. Les chutes sont en pleine nature, belles à voir, on croirait que l'eau sort directement de la verdure et on peut s'y baigner (ce que je n'ai pas fait car j'avais beaucoup de route à faire après, malheureusement) - cet endroit est à déconseiller pour les gens à mobilité réduite et les jeunes enfants. Si vous avez la chance, cette région mérite d'être explorée un peu plus, en y passant au moins une nuit. Cela se fait très bien à partir d'Ubud et on reste dans la même ambiance de rizières et de verdure.



Seminyak


Au moment de terminer ces lignes, je suis à Seminyak (pour à peine plus de 24 heures), au sud de Bali, tout près de Kuta... le coin très touristique de Bali, donc. Honnêtement, je ne peux pas dire que j'aime ça (je m'y attendais, mais je voulais tout de même voir ce que c'est, rappelons nous que je suis tout de même conseillère en voyages). Je vois exactement à qui cela peut plaire, mais ce n'est pas moi. Les rues touristiques où j'ai marché font très... m'as-tu-vu? Pas le même style de touristes que ceux que j'ai croisé ailleurs. Énormément de gros hôtels ici et les prix sont plus élevés, cela va avec. Pour manger, beaucoup moins de petits warung sympathiques, il y a énormément de restaurants destinés aux touristes, sans même offrir de nourriture indonésienne (j'en ai trouvé un ce soir toutefois pour manger un dernier nasi campur, dont ma traduction libre est "un peu de tout" - riz, légumes, tempeh, tofu, satay, poulet, porc mijoté, crevettes - pas toujours tous ces éléments mais plusieurs d'entre eux dans la même assiette). C'est très commercial ici donc, vraiment moins authentique. Mais... il y a une belle plage offrant de magnifiques couchers de soleil. Aussi, la plage me semble parfaite pour courir, ce que je ferai demain matin, car pendant le dernier mois... je n'ai pas couru (j'ai marché beaucoup par contre), car les rues à Bali ne se prêtaient pas à la course du tout, à moins d'être un peu téméraire. Aussi... à mon grand bonheur, j'ai pu trouver une librairie pour refaire le plein de lecture. Ici, ma trame sonore du soir est composée de musique populaire et du son des voitures... plutôt que de la musique traditionnelle balinaise et des sons d'animaux qui me sont parfois inconnus. D'ailleurs, c'est tellement bruyant qu'il est tard et je suis toujours dehors sur une terrasse, impossible de se coucher et dormir.


Bilan balinais


En admirant mon dernier coucher de soleil balinais ce soir, j'ai eu les larmes aux yeux. J'ai vraiment aimé mon séjour ici. Je voyage seule et pourtant, jamais je ne me suis sentie vraiment seule ici, car les balinais sont souriants et d'une gentillesse que jamais je n'ai vue ailleurs. J'ai fait d'autres très belles rencontres aussi (surtout - merci à toi qui m'a prêté le livre "105 jours en Asie"... tu te reconnais - il est déjà terminé, je l'ai dévoré en une journée à Pemuteran et je vais le consulter pour la suite de mon voyage). Bali, c'est une douce introduction à l'Asie. Je suis fière d'avoir fait ma certification de plongée aussi et c'est une évidence pour moi que je vais en refaire, c'est un autre monde merveilleux qui se cache dans les fonds marins. De nemo au mola mola (le plus gros des poissons apparemment), en passant par les tortues de mer, les coraux, les poissons tropicaux, les barracudas, les nombreuses raies mantas, un bébé requin, aux dauphins nageant à coté du bateau, j'ai été plus que choyée. J'ai pris mon temps ici et je ne le regrette pas du tout. Une véritable pause accompagnée de paysages idylliques, sur un fonds très spirituel avec les traditions balinaises, les cérémonies et les offrandes quotidiennes. Demain à la même heure je serai dans l'avion me menant vers la moderne Singapour, l'une des capitales culinaires de l'Asie, très avant-gardiste. Il me tarde de la découvrir.




44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page