top of page
  • Marjorie Béchard

Ho Chi Minh City - bienvenue au Vietnam!

Cela faisait quelques temps que je souhaitais ardemment visiter le Vietnam. C'est donc souriante et heureuse que je quitte le Cambodge vers cette destination. Encore une fois, c'est en autobus que je passe de Phnom Penh à Ho Chi Minh City, au sud du pays. À refaire? Je prendrais l'avion. Le trajet a été long (au moins huit heures, nous avons accumulé plusieurs retards et à chaque fois, on attend sans savoir ce qui se passe). Les passeports disparaissent à plusieurs moments dans les mains de celui qui semble être en charge, dans l'autobus. Les instructions ne sont pas claires, surtout au moment de passer la frontière (récupération du passeport, étampes, re-disparition du passeport, changement d'autobus, transfert des bagages, etc). Honnêtement? À un point que c'est drôle tellement le tout m'apparaît un peu ridicule. Les détenteurs d'un eVisa (comme moi) doivent verser 2$US à celui qui est en charge, montant apparemment demandé par les douaniers. Vraiment?... je ne suis pas certaine à qui ira cet argent. Le chauffeur arrête à un certain moment prendre des passagers que je qualifierais presque de clandestins. Ils sortent de l'autobus juste avant la frontière. Ils réapparaîtront tout juste après (mais où se sont-ils volatilisés pendant cet intermède?). En plus, ces passagers transportent avec eux une boîte trouée et je ne veux même pas penser à ce qu'elle peut contenir (ce que j'ai en tête - un serpent, mais peut-être que mon imagination est trop fertile). Juste avant la frontière, je remarque la présence de nombreux casinos et... d'un homme maculé de poussière, marchant nu sur le bord de la route. Bref. À moins d'avoir un budget très serré, je crois définitivement que l'avion est une solution plus adéquate, de par cette expérience. Après avoir passé la frontière, je remarque que la route est en meilleur état. Il y a moins de déchets (c'est très flagrant) et le niveau de vie me semble meilleur. On sent déjà un contraste avec le Cambodge. Ah oui... en arrivant au terminus, on nous hurle de débarquer de l'autobus et les valises sont carrément lancées au sol. Sans commentaires. J'en ai malheureusement oublié ma bouteille thermos à bord, zut.


Malgré tout... je suis emballée d'être là! Quelle ville étourdissante. La circulation est très dense. Ici, on oublie les tuk tuk, ce sont scooters et motocyclettes qui règnent en rois et maîtres, la ville m'apparaît moderne. Il y a des feux de circulation (que personne ne respecte). À pied, le nombre de voies à traverser est parfois ahurissant. Je loge en plein centre, dans le District 1. Il est déjà tard et je dois rapidement me préparer, car j'ai une activité prévue ce soir. Je ne suis pas épatée par mon hôtel, mais la vue autant de ma chambre que de la terrasse sur le toit, me font sourire, c'est vraiment très joli.




Tournée gourmande


Il faudra vous y faire, je parlerai beaucoup de nourriture au Vietnam. Cette fois, j'ai réservé un "food tour" à travers les Expériences AirBnB. Le concept est génial, pour un coût raisonnable, un étudiant vient nous chercher en scooter pour nous faire découvrir le street food local et les visiteurs font en même temps pratiquer l'anglais à ces étudiants (je remarquerai par la suite que l'anglais des vietnamiens est bien souvent rudimentaire ou inexistant, il est toutefois requis afin d'obtenir un diplôme universitaire). Je suis jumelée à une autre voyageuse solo (qui deviendra rapidement une amie d'ailleurs) et son guide pour le tour. Dès le départ, je trouve grisant de se balader en scooter à travers les larges rues, les lumières et les édifices du centre-ville. Dire que nous avons bien mangé est un euphémisme. Tout est délectable. De la meilleure soupe pho qu'il m'ait été donné de goûter de ma vie, à des rouleaux que nous fabriquons nous-même dans des feuilles de laitue et autres verdures. Nous buvons du thé glacé et une bière locale. Nous goûtons également à des grillades, entre autres choses. Pour dessert, un flanc dans... de la glace. Nous passons principalement la soirée dans le District 3, fort peu touristique, mais très animé et bruyant. On nous fait visiter l'un des bâtiments construits par l'armée américaine, où on trouve aujourd'hui au rez-de-chaussée plusieurs commerces et aux étages, des dizaines d'appartements où s'entassent des familles nombreuses vivant dans un espace (très) restreint. Nous nous baladons sur les étages et c'est on ne peut plus intéressant à voir. Des rampes d'accès permettent de transporter les scooters jusqu'aux étages supérieurs (certains gardent leur engin dans leur minuscule appartement, pour éviter de payer un stationnement!). On voit bien que certaines familles sont plus avantagées que d'autres, dans la façon dont les appartements sont meublés et décorés (ainsi qu'à la taille de leur téléviseur). Une musique joyeuse de fanfare se fait entendre, mon jeune guide me dit que c'est pour... une cérémonie funéraire. Nous passons à travers un marché aux fleurs ouvert 24 heures sur 24, aussi. La soirée passe vite et je reviens heureuse de ces premières heures passées au Vietnam.



Excursion d'un journée - visite de la ville et des tunnels de Cu Chi


J'avais en tête de voir plusieurs attractions touristiques d'Ho Chi Minh City, mais pas d'y passer tout mon séjour. J'ai donc réservé une excursion d'une journée pour visiter les principales attractions de la ville et les tunnels utilisés notamment par les Viet Cong pendant la guerre du Vietnam (des familles y vivaient aussi). Ma constatation est que c'est peut-être un peu trop pour une journée, car le tout a duré douze bonnes heures, dont quelques unes dans la circulation, ce qui m'a causé un mal des transports assez intense (encore). Aussi, la compagnie avec laquelle j'ai réservé s'est avérée très décevante. Oui, je suis difficile. Mais en même temps... je recherche des expériences agréables à tous points de vue, à un rapport qualité prix acceptable, tant pour moi que pour mes clients éventuels. C'est une agente de voyage vietnamienne qui m'avait recommandé cela - et de mon côté je ne recommanderai certes pas. Cela me permet par contre de vous parler des divers endroits visités.


La journée débute somme toute agréablement. Nous sommes un groupe d'environ 12 personnes, toutes issues de pays différents et franchement, toutes très gentilles. Le guide semble correct. Nous visitons le Palais de l'indépendance et c'est fort intéressant. C'était la résidence et le lieu de travail du président du sud du Vietnam pendant la guerre, maintenant un musée. Certaines salles sont joliment décorées (à la "Mad Men", avec une touche asiatique). On y trouve aussi, au sous-sol, un bunker d'où pouvaient être dirigées les opérations militaires. À la fin de la visite, il commence à y avoir beaucoup de touristes... trop. Un petit groupe dans le sous-sol, ça va, mais pour les grands groupes de 30 à 40 personnes, ça ne va pas du tout, on étouffe. Conseil: allez-y tôt le matin ou en fin de journée. Nous arrêtons aussi voir les édifices de la Poste et la cathédrale Notre-Dame - vous aurez deviné que l'architecture est ici française. Un arrêt café est prévu, où je constate qu'on ne fait que tenter de nous vendre de la marchandise diverse de façon plutôt agressive.




Ensuite, nous passons un certain moment au Musée de la guerre, que chacun visite individuellement. Le Vietnam est encore aujourd'hui sous un régime communiste et le musée ne montre donc qu'un côté de la médaille, soit les "gentils" Viet Cong (communistes) en opposition avec les "horribles" américains. Les photos sont parfois difficiles à regarder, plusieurs corps décapités et ensanglantés, des images même encore plus choquantes, je n'en dirai pas plus. Ce musée m'a profondément troublée, non pas uniquement par les photos, mais également par le fait que j'ai l'impression d'assister à de la propagande communiste et qu'on n'y voit qu'un seul côté de la médaille. Ceci dit, les américains n'étaient certes pas mieux que les autres et cette guerre en est une absolument horrible, mais ce n'est pas avec un tel musée qu'on peut comprendre la guerre du Vietnam. À l'extérieur du musée, on peut voir de la machinerie de guerre (vraiment en meilleur état que celle vue à Siem Reap au Cambodge, mais il n'en demeure pas moins que je n'ai pas d'intérêt pour admirer des armes).


Nous faisons ensuite la pause lunch. Les places sont marquées de nos noms. Et comme je voyage seule, je suis mise à part des autres, devant un mur! Première fois que je vois une chose pareille. Mais d'autres voyageurs s'empressent de me faire asseoir avec eux et m'offrent même une bière - c'est d'une gentillesse! La nourriture est correcte, mais pour le Vietnam, elle pourrait être beaucoup plus savoureuse, c'est vraiment un restaurant de touristes. Le guide, quant à lui, depuis le début de la journée, regarde sans cesse sa montre et ce, même quand l'un d'entre nous lui pose une question. Cela ne donne pas très envie d'en poser.


Après le lunch, d'autres voyageurs (assez nombreux) se joignent à nous, ce qui brise un peu la cohésion du groupe et j'ai trouvé cela plutôt étrange. Le trajet est long jusqu'aux tunnels et nous effectuons une pause absolument non nécessaire pour soi-disant permettre aux gens d'aller aux toilettes, mais encore une fois, c'est un attrape-touriste où on nous propose d'acheter des marchandises diverses. J'attends à l'extérieur que cela se termine pendant au moins trente minutes avant de retourner dans l'autobus. La visite du site des tunnels prend un peu plus d'une heure - un vidéo nous avait été diffusé dans l'autobus sur la route. C'est somme toute intéressant à voir. Paradoxalement, se trouve sur le site... un champ de tir. On peut payer un supplément et aller tirer. Pour moi, c'est inconcevable. Mais on entend tirer (le son est très fort) tout au long de la visite. C'est fort désagréable, ça donne froid dans le dos. On peut entrer dans certains tunnels mais je ne me suis pas sentie à l'aise de m'y insérer dans le noir - ça fait peur, mais certains s'y risquent. En gros, on apprend ce qu'était la vie dans les tunnels et les techniques utilisées par les Viet Cong pour "attraper" les américains. À la fin de la visite, je me dis que pour ce voyage, terminé pour moi les visites liées à la guerre, génocides ou je ne sais trop quelles autres horreurs. J'en ai eu assez. Je suis toutefois curieuse et je crois que je visionnerai un documentaire (impartial) sur la guerre du Vietnam plus tard, car ces visites suscitent plus de questions qu'elles n'entraînent de réponses.


Bref, je recommande de visiter les différents sites et monuments de la ville par vous-même (ils ne sont pas très loin les uns des autres) ou encore avec un guide privé, si vous souhaitez avoir de plus amples explications (ceci dit, des audioguides sont disponibles et je crois que cela peut faire amplement l'affaire). Les tunnels Cu Chi sont apparemment incontournables... ceci dit, après les avoir vu et en avoir entendu parlé en très grand bien, j'ai été somme toute déçue. Je crois toutefois qu'avec un meilleur guide, plus critique et plus intéressant, le tout aurait pu être grandement bonifié (car ici, un guide est selon moi essentiel pour comprendre l'essence du lieu et tout ce qui a pu s'y passer). Aussi, si vous allez aux tunnels avec un groupe, assurez-vous que la visite soit en matinée. En fin de journée, avec la circulation, le retour en ville est extrêmement long et désagréable. Je suis arrivée à mon hôtel bien vers 19h30 après plus de deux heures trente de trafic et de mal de coeur.


Un repos bien mérité


Je réalise que depuis deux semaines, il m'arrive beaucoup de choses et je dors peu. Il est donc temps pour une journée de repos. Car oui, quand on voyage longtemps, il faut se permettre des journées de repos et ne pas s'en sentir coupable (j'avais de la difficulté avec cela au début, mais plus maintenant). Ma journée se passe donc à marcher aux abords de mon hôtel (il y a un grand parc aussi tout près), à prendre des cafés (le café vietnamien est délicieux, assez particulier lorsqu'on commande la version originale avec le lait condensé sucré, mais on s'y fait), à me faire faire un pédicure et à écrire un peu. Je mange dans un food court (un bol de nouilles aux crevettes qui ne peuvent être plus fraîches, pêchées directement d'un bocal, pour 2$). Je fouine brièvement dans quelques magasins même. C'est tout. Je me couche tôt et j'essaie de dormir. C'est bruyant Ho Chi Minh City (en fait, c'est bruyant souvent depuis le début de mon voyage, toujours le bruit des klaxons en "background" et on dirait que peu importe où je m'installe, un chantier de construction se trouve à proximité). Les bouchons pour les oreilles sont requis pour dormir. Le bruit fait partie du voyage et de l'ambiance et on finit même par s'y faire.


J'ai un commentaire sur la monnaie au Vietnam. C'est mélangeant au début! 1$CAD correspond à +-17 500 dongs. À moins d'être fort en calcul mental, c'est difficile de faire les correspondances. Dans les guichets automatiques, en général le maximum qu'on puisse retirer est de 3 000 000 de dongs, ce qui est assez peu (moins de 200$CAD). On peut payer certaines excursions en dollars américains, mais contrairement au Cambodge, ici c'est surtout en devises locales qu'on paie un peu partout. Et ayez du comptant, car bien souvent, on ne prend pas la carte de crédit (de plus, vous aurez peut-être souvent envie, comme moi, d'essayer des choses à manger dans les rues, donc il faut avoir de petites coupures sur soi pour pouvoir goûter à ce qu'on veut).


Excursion d'une journée dans le delta du Mékong


Je sais d'emblée que si je reviens dans le sud du Vietnam (et je reviendrai certainement au Vietnam), je passerai quelques jours à Da Lat, dans le sud du pays, particulièrement pour la nature environnante, son climat plus frais et agréable, ses fleurs et... ses fraises! Aussi, j'aimerais bien une croisière d'une ou deux nuits dans le delta du Mékong afin de voir son immense marché flottant, destiné bien plus aux locaux qu'aux touristes (trop loin de Ho Chi Minh City pour n'y passer qu'une journée). Comme pour ce voyage-ci, j'ai prévu beaucoup de temps dans le centre du pays, je me dis qu'une petite journée dans ce qu'on pourrait dire l'entrée du delta du Mékong pourrait me permettre d'avoir un avant-goût de cela. Malheureusement... pas vraiment, malgré le fait que j'ai passé somme toute une très belle journée.


La compagnie (choisie soigneusement par moi-même sans conseils externes cette fois) est excellente. L'excursion est en tout petit groupe (nous sommes 6 et c'est le maximum possible). Je suis avec des gens très gentils, la guide est excellente et enjouée. Le minibus est très luxueux, avec de beaux sièges individuels confortables. On nous offre de l'eau, de quoi grignoter, même de la bière si on le souhaite. D'emblée, au moins je sais que je n'aurai pas le mal des transports comme dans les précédents autobus inconfortables. L'heure de fin de l'excursion est ici claire (avec mon autre petit périple, c'était loin de l'être). Sur la route pour se rendre au point de départ du bateau, nous faisons une pause pour visiter une fort jolie pagode. Le trajet en bateau est assez court et on ne voit rien de particulièrement joli ni réjouissant. Pas de marché flottant. D'autres bateaux destinés aux touristes, surtout. Décevant un peu. On fait un premier arrêt pour goûter à du miel local. C'est une usine pour touristes, avec un roulement incessant. On peut voir les abeilles dans une ruche (je plains les abeilles car la ruche est manipulée sans arrêt), il y a un énorme serpent dans un cage (eurkkkk) et on nous sert rapidement un thé aromatisé avec le fameux miel. On essaie aussi... de nous vendre toutes sortes de produits. Mais j'ai apprécié infiniment que la guide reste avec nous et insiste sur le fait que nous ne soyons pas obligés d'acheter quoi que ce soit. Bravo!


Autre pause sucrée, cette fois des bonbons à base de noix de coco. Je suis obligée de dire que c'est bon (je m'en suis même acheté quelques uns) mais... trop touristique, encore une fois. Ensuite, on nous fait faire un tour de cariole de cinq minutes (et juste là, je me sens hyper coupable, je suis totalement contre ce genre de chose et je n'avais pas remarqué cela la description du tour, avoir su, je n'aurais pas réservé - oui, à ce point-là). Autre arrêt, pour manger des fruits et écouter de la musique traditionnelle, encore une fois on tente de nous vendre toutes sortes de choses et encore une fois, un énorme serpent dans une cage (non mais qu'ont-ils avec ça?!). D'autres touristes le prennent et se font prendre en photo avec la bête autour du cou. Pour moi, pas question, je risque de hurler si je touche à ça ne serait-ce que du bout des doigts... ceux qui me connaissent bien le savent! Nous embarquons ensuite sur une petite barque pour une très brève balade. Ce n'est pas désagréable, mais ne mérite pas le déplacement. Nous mangeons tous ensemble dans un restaurant, touristique oui, mais je dois dire que c'est tout de même excellent. Nous mangeons du poisson frais, entier, que le serveur défait pour en faire des rouleaux printaniers. Un délice. Plusieurs autres choses sont sur la table, dont du riz, des légumes, d'autres types de rouleaux, des fruits. Je suis avec un couple de Singapour et une famille de l'Inde - tous des gens charmants et intéressants avec qui discuter. Nous retournons en bateau vers l'autobus et le retour à l'hôtel est à l'heure prévue, en fin d'après-midi. Les autres voyageurs ont adoré l'expérience. L'intérêt réside surtout dans le fait de passer un peu de temps sur l'eau, à l'extérieur du tumulte de la ville.



Déjà la fin...


Pour Ho Chi Minh City (parfois je l'appelle aussi Saigon, son ancien nom), mais pas pour le Vietnam, bien sûr. Je me dirige ensuite vers Hoi Anh, dans le centre du pays, un des endroits les plus appréciés des voyageurs. J'ai aimé Saigon, mais elle n'est pas si facile que cela à visiter, en ce sens qu'elle est si grande et étendue, qu'on ne peut absolument pas tout voir. J'ai remarqué que plusieurs gens qui y vivent disent... ne pas l'aimer, car elle est justement trop grande et agitée, sans compter que la circulation est infernale. La majorité des touristes quant à eux, vont en soirée sur la rue Bui Vien (et ses environs), dans le district 1, qui devient piétonne, emplie de bars, de restaurants et à ce qu'on dit, de services de prostituées (je n'ai pour ma part pas vu cela, mais ce sont des locaux qui m'en ont parlé). Je n'y suis allée que brièvement et je n'ai pas aimé - les restaurants, pour plusieurs, offrent de la nourriture occidentale de mauvaise qualité et c'est très bruyant. Ce n'est pas mon type d'endroit (surtout quand je voyage seule), mais je sais que plusieurs adorent ça et c'est tout à fait correct, tant mieux pour eux. Un métro est en construction (ce qui aidera grandement à visiter la ville), toutefois l'ouverture n'est prévue que pour 2020... et cela risque d'être beaucoup plus tard que cela. Une vietnamienne m'a dit qu'en raison de la corruption qui règne, les retards de construction ne font que s'accumuler. Cela m'a fait penser aux chantiers du Québec, mais ceci est une autre histoire! Au fonds, un peu partout dans le monde, plus ça change... plus c'est pareil.


30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Hué

bottom of page